Etangs noirs

Le pays rêvé n’est pour personne la haine de l’autre, le refus du partage, le rejet de la différence. Il s’identifie sans effort à celui de Martin Luther KING ou de Charlie CHAPLIN à la fin du film ’Le grand dictateur’.

En ce sens, le concours a montré l’attachement à notre langue et aux valeurs dont celle-ci entend être porteuse. Et à travers toutes les contributions, il a illustré un refus de l’intolérance.

Préface de M. Serge Moureaux, Président.

Etangs noirs est une station de métro bruxellois.

Une femme monte dans la rame, complètement occultée sous un monceau de tissu. On ne voit pas un centimètre de sa peau, on ne voit pas ses yeux. Une autre femme, en face d’elle, s’en émeut. "Impossible de la regarder. Impossible de ne pas la regarder" "Qui est-elle ? Que peut-elle penser ?" ’Est-elle heureuse ?"

"J’esquisse un sourire. Pas facile, de sourire à un tissu"

"Mais mes rêves ne sont peut-être pas les siens ?

"Avoir le droit d’être une femme. Une femme libre. Sans contraintes et sans honte. Avoir le droit d’être belle, séduisante, attirante sans être jugée provoquante, vicieuse, pernicieuse. Un monde où l’homme serait maître de ses pulsions au lieu d’être maître de la femme."

Avoir le droit finalement d’exister telles que nous sommes, telles que Dieu nous a faites, s’il faut mêler Dieu aux relations homme-femme. Pourquoi faire honte à Dieu de sa création ?! Que sont donc les hommes pour faire honte à Dieu et vouloir se préserver de la femme qui leur est donnée pour compagne ?

Le texte se veut une réflexion douloureuse sur la condition faite à la femme dans le monde.

Certains y ont vu un relent de racisme. C’est qu’ils n’ont lu qu’en surface. Cette vision ne résiste pas à l’analyse en profondeur. Personne n’accuse personne, la question est posée. "Battue par Dieu sait qui pour Dieu sait quoi."

Des femmes battues et bafouées, il y en a partout.

Le Parlement francophone bruxellois aurait-il primé un texte raciste ? La tolérance est de rigueur en Belgique, particulièrement à Bruxelles.


Document(s)


Etangs noirs
nouvelle douloureuse